Invente-t-on ou découvre-t-on les lois scientifiques ?

Dans le monde des sciences naturelles, et en particulier de la physique, on est habitué à travailler avec des lois qui sont stables, universelles, intelligibles et formulables mathématiquement. La question que l’on peut se poser, c’est si nous découvrons une rationalité du monde qui existe avant nous, ou si nous donnons une rationalité à un monde qui n’en a pas.

Je ne vais donc pas parler de la position purement spiritualiste qui dit que l’on invente le monde, ou que notre conscience en détermine le fonctionnement. Je pars du principe que le monde existe, et qu’il marche de la même manière qu’on y réfléchisse ou pas.

Gravi_PiseOn peut déjà s’émerveiller que les lois soient stables et universelles, que les lois de Pise ne différent pas de celles de New York, et que l’on puisse s’attendre à ce qu’elle fonctionne de la même manière sur Titan – et que l’on arrive à poser une sonde sur une comète à partir des mêmes lois. Un monde chaotique où tout se passerait de manière imprévisible, sans régularité observable, serait également possible. Mais plus que cela, ce qui est surprenant c’est à quel point les mathématiques sont adaptées pour la formulation de la physique.

Un étonnant pouvoir prédictif

La chose s’est passée maintes et maintes fois : on observe de manière approximative une régularité qui pourrait correspondre à une formulation mathématique, on fait comme si c’est le cas, et par miracle en appliquant les mathématiques bien au-delà des observations initiales, on retombe sur une réalité du monde matériel. Ainsi, Newton a formulé sa loi de la gravitation sur la base d’observations sur la chute des corps et de la circularité des orbites célestes. Il en a tiré une loi exacte bien au-delà, suffisante pour aller faire choir des corps sur la Lune – même si, depuis, cette loi a été dépassée par la relativité d’Einstein. De même, Dirac a prévu l’existence du positon sur des bases purement mathématiques, sans qu’on l’ait observé auparavant, et a vu juste1.

Isaac Newton d'après Gotlib

Isaac Newton d’après Gotlib

Quel rapport?

Je suis d’avis que ces faits reflètent un lien entre le monde des concepts mathématiques et la réalité matérielle. On peut envisager au moins deux positions qui en diffèrent :

  • Les mathématiques seraient construites à partir de la réalité matérielle, il n’y aurait donc rien de surprenant à ce qu’elles y correspondent. Il y a quelque chose de vrai dans cette position, nos premiers concepts mathématiques (tels les nombres naturels) proviennent de l’observation du monde, et nous sélectionnons les concepts utiles via notre expérience du monde. Mais les mathématiques ont une vie propre : les mathématiciens les développent dans un monde de la pensée et de la logique assez abstrait, et souvent des concepts mathématiques développés pour eux-même se trouvent beaucoup plus tard être utiles pour décrire le monde.

  • Nous concevrions nos mathématiques pour elle-même, puis les plaquerions sur un monde qui n’y correspond pas vraiment, simplement parce que c’est le seul outil dont nous disposions. L’idée est concevable, mais ne rend pas bien compte de l’immense pouvoir prédictif des mathématiques. Des lois « simples » établies sur la base de résultats approximatifs s’avèrent précises au-delà de toute raison, ce qui ne serait pas le cas si on ne faisait qu’ajuster nos mathématiques sur un monde chaotique ou plus complexe.

De fait, c’est une loi empirique, qu’Eugene Wigner appelle l’article de foi du physicien théoricien, que des lois mathématiquement simples ont un pouvoir prédictif démesuré dans le cadre qui est le leur. Comme il le dit aussi :

Le miracle de l’adéquation du langage des mathématiques à la formulation des lois de la physique est un don merveilleux que nous ne comprenons et ne méritons pas 2

.

Dans tout cela, ce qui reste étonnant, c’est le lien entre le monde des concepts et la réalité matérielle. On peut observer la réalité, prendre quelques informations, passer dans le monde des concepts, progresser par la logique mathématique, redescendre dans la réalité et la trouver en accord avec notre réflexion. Il y a une forme de rationalité dans le monde matériel, et il est d’autant plus surprenant que nous soyons capable de la saisir. D’une certaine manière, ce fait est inexplicable.

La rationalité des lois, un argument pour le créateur

Il y a cependant quelques déductions que l’on peut proposer. On peut proposer comme axiome raisonnable que la rationalité ne peut être produite que par un être rationnel. Alors, le fait que le monde matériel soit régit par des concepts intelligibles est une indication qu’il a été fait par un concepteur intelligent. La Bible l’exprime en ces termes :

C’est par la foi que nous comprenons que le monde a été formé par la parole de Dieu, de sorte que ce qu’on voit ne provient pas de ce qui est visible. 3

Le miracle de notre capacité à comprendre le monde est aussi bien plus facile à comprendre dans une optique théiste voire chrétienne4.

Dans la Bible, l’homme est créé à l’image de Dieu, et l’intelligence humaine est vu comme un don de Dieu, une des choses que Dieu a voulu voir en l’homme. Dans cette optique, il est logique qu’il y ait une parenté entre notre raison et la raison qui structure le monde. Le lien entre les concepts intellectuels et logiques, le fonctionnement du monde, et notre intelligence est un des arguments forts pour croire en un Dieu intelligent, concepteur du monde, et en une relation spécifique de l’homme à Dieu. Constater le miracle de l’adéquation entre mathématique et physique est une chose, mais il serait regrettable de s’arrêter là, sans se demander d’où vient ce miracle.

Jean-René Moret, Décembre 2014


Outre les articles cités, je me suis inspiré de la présentation de Sylvain Bréchet : L’argument rationnel et la physique. On consultera également avec profit les articles La science a-t-elle besoin de la foi? et La foi chrétienne est-elle un obstacle à la science?, ainsi que le débat La science rend-elle la religion impossible?


  1. Voir en bref http://fr.wikipedia.org/wiki/Positron
  2. http://www.dartmouth.edu/~matc/MathDrama/reading/Wigner.html. L’article de Wigner mérite d’être lu intégralement, pour ceux qui maitrisent l’anglais. Similairement, Einstein écrit :

    Pourquoi les mathématiques, qui sont le produit de la pensée humaine et sont donc indépendantes de toute expérience, peuvent-elles s’adapter d’une si admirable manière aux objets de la réalité ?

    (http://www-history.mcs.st-andrews.ac.uk/Extras/Einstein_geometry.html)

  3. Lettre aux Hébreux , chapitre 11, verset 3
  4. Wigner note dans l’article déjà cité : « Il est certainement difficile de croire que notre capacité de raisonnement a été amené à la perfection qu’il semble posséder par le processus darwinien de sélection naturelle »
Posted in Articles.

6 Comments

  1. Pingback: Dieu peut-il créer une pierre qu’il ne puisse pas soulever ? | Question Suivante

  2. Bonjour.
    Vous appelez dieu une chose que vous ne comprenez pas ! Il serai plus judicieux de dire ,comme vous le faites en débutant votre analyse ,que l’homme n’invente pas mais observe ce qui l’entoure et en tire connaissance en recopiant en fonction de ses besoins.
    La physique ,et non les maths ,nous permet d’avancer dans tout les domaines.Les maths servent à mémoriser une photo.
    Les grands progrés viendront d’abord de la maitrise et la parfaite connaissance de notre corp.Est cela que vous appelez dieu?
    Nous verons certainement que cette « puissance spirituelle » est l’intelligence de l’observation.
    Au plésir de vous lire.
    Cordialement.
    G. Paquelier

  3. Bonjour,
    Merci de votre commentaire.
    Je ne comprends pas exactement ce que vous entendez en disant « Les maths servent à mémoriser une photo. ». Lorsque vous dite que la physique permet d’avancer et non les maths, vous faites une disjonction que je peine à comprendre. Lorsque j’étudiais la physique à l’EPFL(www.epfl.ch), nos cours de base comportaient presque autant de mathématique que de physique, et par la suite tous les cours de physique faisaient appel à des doses massives de mathématiques. Si vous prenez la physique quantique, on se trouve à y manipuler des objets mathématiques qui n’ont plus beaucoup de lien avec notre manière intuitive de percevoir le monde, mais les résultats de physique théorique (donc mathématique) se trouvent être reproduit dans les expériences réalisées dans le concret. Et la physique quantique utilise des outils mathématiques qui ont été développés bien avant l’idée même de la quantique.

    Je note aussi que vous mettez votre foi dans « la maitrise et la parfaite connaissance de notre corps ». Pour répondre à votre question, non, ce n’est pas ce que j’appelle Dieu. Dieu est l’être tout puissant, intelligent et personnel qui est à l’origine du monde. Dieu est celui qui a donné à l’humanité son corps et son intellect. Dieu est le créateur qui s’est fait connaître en devenant homme, dans la personne de Jésus-Christ.
    Lorsque vous parlez de connaissance et maitrise de notre corps, est-ce que vous aprlez au plan scientifique et technique? Pensez-vous à un maitrise de notre corps pour le contrôler, le réparer et peut-être l’améliorer? Ou bien voulez-vous plutôt parler d’une harmonie entre notre intellect, notre personalité et notre manifestation physique?

    Au plaisir de poursuivre cet échange,
    Jean-René Moret

  4. Bonsoir Monsieur Moret.
    Je vous remercie d’avoir prie le temps de regarder ma réponse sur votre site.
    Je reconnais que la façon dont j’ai formulé mes arguments manquaient de claretés , j’avais voulu faire court ,donc confus !
    Je vous enverrai si cela ne vous ennuis pas ,sur votre adresse net personnel ,ce que j’ai voulu exprimer . Car ce que je veux écrire risque d’être un peu plus long.
    Cordialement.
    G. Paquelier

  5. Bonsoir Monsieur Moret.
    Je vous ai envoyé ma réponse ,en piéce jointe à votre adresse internet
    :jean-rené .moret@gbeu.ch.
    je n’ai pas pris le temps de corriger les fautes d’orthographes Pb de temps;Je m’en excuse.
    Merci de me faire savoir si l’envoi par net vous ai parvenu.
    Cordialement. G.Paquelier

  6. Pingback: Dieu ? Je ne sais pas et je m’en fous ! – Question Suivante

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *