Jésus, Mythe ou Maître ?

Jésus a-t-il vraiment existé ? Depuis le XIXème siècle a commencé une entreprise qui était jusque-là inimaginable : considérer la Bible comme un mélange de vérité et de mensonge, comme un noyau de faits réels enrobé d’une épaisse couche de mythes.

Méfiez-vous des imitations !

On reproche très souvent au christianisme d’avoir engendré, malgré ses jolis discours angéliques, une quantité incroyable de maux : des guerres, des croisades, des génocides, l’inquisition, les inégalités sociales, etc.

Finale : le remplaçant marque à la dernière minute

La situation semblait désespérée, on avait rarement vu des joueurs aussi mauvais. Le capitaine de l’équipe, Hugo Adam, avait dès l’entrée de jeu déserté sa position de défenseur, laissant l’ennemi marquer un but. La situation dégénéra encore lorsque l’attaquant Roger Caïn mis un violent « coup de boule » à l’ailier Nicolas Abel. Le terrain fut une […]

Jésus a-t-il réellement existé ?

 

 

Liens vers les documents cités:

Pline le Jeune, LETTRES DE PLINE X, XCVI, http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6…

Tacite, ANNALES XV, XLIV, http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6…

Suétone, VIE DE CLAUDE, XXV, XI, http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6…

Lucien de Samosate, SUR LA MORT DE PEREGRINUS, XI, http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6…

Lucien de Samosate, SUR LA MORT DE PEREGRINUS, XIII, http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6…

Mara Bar Sérapion, MARA, FILS DE SERAPION, A SERPION MON FILS, SALUTATION, https://books.google.fr/books?id=V9XO…, aller p. 73 en bas de la page

Flavius Josèphe, ANTIQUITES JUIVES, XVIII, IV, http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6…

Flavius Josèphe, ANTIQUITES JUIVES, XVIII, VIII, http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6…

 

Par Thomas Hodapp

Share
Tiré des chréoniques de Narnia, la transformation d'Eustache, une image de la transformation chrétienne

Pourquoi Jésus est-il mort ? Une identité transformée

Le vrai problème, c’est qu’il ne nous suffit pas d’avoir quelqu’un qui nous dit ce que nous devons faire, comment nous devrions agir. Nous pouvons bien savoir comment il faudrait agir, mais, livrés à nous-même, nous ne le faisons pas. Nous reconnaissons par la réflexion, l’éducation ou l’intuition ce que serait la bonne action, mais nos tendance égoïstes prennent le dessus et nous agissons contre notre conscience. Dans notre nature humaine actuelle, malgré tous nos efforts, nous n’accomplissons pas ce que nous jugeons bon. C’est pourquoi tous les maîtres de morale, les bons conseils et toutes les règles de comportement n’aboutissent qu’à nous condamner, à nous rendre conscient de notre échec et de notre insuffisance.