Partager sa foi constitue-il un acte de prosélytisme ?

Les chrétiens, quelle que soit leur confession, sont d’accord pour dire que l’annonce de l’Évangile est l’une des mis­sions principales de l’Église. C’est aussi ce qui motive chaque chrétien à témoigner personnellement de sa foi. La « Bonne Nouvelle » de Jésus-Christ doit être communiquée au monde : c’est le sens du mot « évangéliser ». Dès l’origine, les auteurs chrétiens ont employé ce terme pour l’annonce et la diffusion des paroles de Jésus-Christ et des apôtres.

Différences entre évangélisation et prosélytisme

Le terme prosélytisme est aujourd’hui synonyme de « racolage » et évoque une propagande religieuse massive comportant des éléments de pression, de harcèlement, de conditionnement psychologique. Au contraire, l’évangélisation est une proclamation publique, respectueuse de l’Évangile, destinée à infor­mer les contemporains pour leur permettre d’établir un contact personnel avec Dieu et son amour. L’évangélisation est une offre spirituelle ouverte. Elle fait appel à la liberté de conscience de chacun.

Préserver la liberté de conscience

Une des avancées des Droits de l’Homme est d’établir que le choix de sa religion est une affaire personnelle, une question de liberté de conscience.

La Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1789 indique dans son article 10 : « Nul ne doit être inquiété pour ses opinions, même religieuses, pourvu que leur manifestation ne trouble pas l’ordre public établi par la loi. » L’expression « ne pas être inquiété pour ses opinions » implique le respect dû à chacun et à ses idées. Chaque personne a le droit de choisir sa propre religion, ses croyances personnelles. Le domaine religieux n’est pas différent des domaines politiques ou philosophiques.

Le corollaire de cette liberté est la liberté d’expression

Le conséquence incontournable de la liberté de conscience est la liberté d’expression. Comment garantir la liberté de conscience sans la possibilité de faire circuler les idées ? L’article 11 de la Déclaration de 1789 affirme que « la libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l’homme… ». Plus récemment, la Convention Européenne de Sauvegarde des Droits de l’Homme et des Libertés fondamentales consacre deux articles à ces questions :

Article 9-1 : Liberté de pensée, de conscience et de religion

« Toute personne a droit à la liberté de pensée, de conscience et de religion. Ce droit implique la liberté de changer de religion ou de conviction, ainsi que la liberté de manifester sa religion ou sa conviction individuellement ou collectivement, en public ou en privé, par le culte, l’enseignement, les pratiques et l’accomplissement des rites. »

Article 9-2 : Liberté de manifester sa religion ou ses convictions

« La liberté de manifester sa religion ou ses convictions ne peut faire l’objet d’autres restrictions que celles qui, prévues par la loi, constituent des mesures nécessaires, dans une société démocratique, à la sécurité publique, à la protection de l’ordre, de la santé ou de la morale publics, ou à la protection des droits et libertés d’autrui. »

De toute évidence, les principes fondateurs des droits de l’homme n’interdisent pas l’expression confessionnelle publique. L’exposé public d’idées religieuses ou philosophiques ne constitue pas en soi une atteinte à la liberté, au respect et à la tranquillité d’autrui. Par conséquent, cette activité d’évangélisation paisible n’est pas à confondre avec un prosélytisme agressif troublant l’ordre public.

Au contraire, le « droit de savoir » est une condition sine qua non pour bien vivre cette exigence de la démocratie : la possibilité de faire ses propres choix de façon éclairée.

L’alternative : le communautarisme

Le terme « communautarisme » désigne toute forme d’organisation qui donne au groupe une valeur plus importante qu’à l’individu, avec le risque de repli identitaire. Le communautarisme est à l’opposé de la conception française de la liberté de conscience individuelle. Cette liberté suppose une absence de contrainte, la liberté du choix et l’accès aux informations nécessaires pour que chacun puisse faire ses choix. Ainsi l’Évangile s’adresse-t-il aux personnes de toute origine et condition sociale, ethnique ou religieuse. La libre ex­pression d’opinions diverses est indispensable pour alimenter la réflexion et pour lutter contre l’ignorance, l’intolérance et le fanatisme.

En résumé

La liberté de conscience est un bien précieux, considérée avec raison comme une valeur essentielle et fondamentale de notre société. Son maintien et son respect réclament une vigilance constante. Les amalgames, les raccourcis, les a priori constituent un danger permanent. Partager sa foi ne constitue pas un acte de prosélytisme, à partir du moment où il existe le respect absolu de l’autre au niveau de sa personne et de ses convictions. En revanche c’est à la fois la conviction des chrétiens et du législateur que le fait de priver son prochain de la possibilité de s’informer est une atteinte au respect de sa personne.

©David Brown, Octobre 2014


Voir aussi la vidéo de la conférence Prosélytisme : les chrétiens veulent-ils convertir tout le monde?.

Posted in Articles and tagged , , , , .

4 Comments

  1. Ce message ne vas peut être pas intéresser beaucoup de gens mes je tiens a dire pour commencer que je suis musulmane pratiquante la religions pour moi c’est toute ma vie je tiens pour commencer a dire que aucune des religions ne doit être haï des autre. Sur plusieurs site internet j’ai pu voir des gens insulter les Chrétiens,les Juifs, Les musulmans. Nous ne pouvons pas nous permettre d’insulter les religions quelque en soi la raisons.AUCUNS livres sacrés nous autorise a insulter les religions et quelque en soie le raison ne pas confondre Musulmans et Djihadiste . Chrétiens et Raciste. Juifs et radins. Les chrétiens ne sont pas tous raciste mes il faut dire la vérité. Nous somme dans un pays français donc en France la religions et le Christianisme, sur certains mur des tag on était raciste comme  » A MORTS LES FRANÇAIS  » ect … Nul ne doit oublier que le France et au français nous notre vie et au bled pas ici. Nous somme comme même venue alors il faut respecter les français même si la religions nés pas la même et ne sera surement jamais la même. Nous ne devons pas oublier la marche si belle que nous avons accomplie. Cette marche et peut être l’honneur de nos famille nous nous devons de respecter au moins sa …
    في سبيل الله

  2. Pingback: L’article dix dans le Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789 | denishiggins

  3. Pingback: Oser défendre l’Évangile, grâce à Question Suivante

  4. Pingback: Les chrétiens me prennent-ils de haut ? – Question Suivante

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *