Qui veut être célèbre ?

Qui n’a jamais rêvé de connaître la gloire, même pour 15 minutes ? Qui serait prêt à faire même n’importe quoi pour ne plus être n’importe qui ? Aujourd’hui, tant de gens font tout pour être dans la presse people ou à la télévision, pour attirer l’attention sur les réseaux sociaux et dans leur cercle social. Ne serait-ce pas uniquement de la vanité ?

Blaise Pascal a écrit :

Nous sommes si présomptueux que nous voudrions être connus de toute la terre et même des gens qui viendront quand nous ne serons plus. Et nous sommes si vains que l’estime de cinq ou six personnes qui nous environnent, nous amuse et nous contente.

Il souligne ici le fait que chercher à être connu des hommes, c’est s’exposer à être déçu et à nous contenter de peu, tant cette reconnaissance est subjective et limitée dans le temps.

Dieu nous connaît

Ce vrai besoin d’être accepté est donc vain sur le plan terrestre, car la célébrité ne dure qu’un temps et n’est jamais à la mesure de nos véritables attentes. Chercher à être approuvé signifie tomber dans le piège de l’auto-admiration, qui est un poison mortel. Nous devenons esclaves du regard des autres pour exister et nous définir. Progressivement, nous délaissons la seule personne qui s’intéresse pleinement à nous et qui ne nous oublie jamais: le Dieu créateur.

Nous avons été créés pour nous centrer sur lui seul et pour l’adorer. Il nous connaît parfaitement, personnellement et veut notre satisfaction terrestre. Mais nous, nous cherchons ailleurs…

Les idoles d’aujourd’hui

À sa place, nous adorons des idoles. Elles portent beaucoup de noms différents ; l’amour passionné1, la richesse2, la connaissance, la famille, le football, les jeux-vidéo, entre autres. Tim Keller cite à ce propos Jean Calvin : « Le cœur humain est une fabrique d’idoles ». Celles-ci ne sont jamais satisfaisantes, car elles demandent toujours plus de temps, d’argent, et tant d’autres sacrifices. Même des gens qui pensent ne pas être religieux bâtissent une religion personnelle sur ces idoles.

Dieu ne supporte pas les idoles et il nous le fait savoir dans son livre, la Bible. Par exemple il y est écrit : « Celui qui veut être l’ami du monde se fait l’ennemi de Dieu »3. Il nous invite à éviter toute totale dépendance (qui s’accompagne souvent d’un total excès) à d’autres entités que lui. Mais cela demande de notre part de confesser et d’abandonner ces pratiques et attachements idolâtres. C’est difficile, mais il y a une bonne nouvelle : Dieu a fourni lui-même la solution dans la personne de Jésus.

La réponse de Dieu

Jésus a dénoncé de son temps les nombreuses idoles du cœur des personnes (croyantes ou non croyantes) qu’il rencontrait, et ceux qui ont cru en ses paroles en ont été délivrés.

La mort de Jésus sur la croix a permis de rétablir cette relation interrompue avec Dieu depuis la Chute (le moment où l’Homme a choisi de se détacher de son Créateur), en ce qu’il a payé le prix de notre désobéissance à notre place4. Sa résurrection nous assure d’être en présence de Dieu pour l’éternité en étant appelé, accueilli et reçu par Lui. Il nous promet même de participer à sa gloire5. Notre besoin d’être connus et reconnus trouvera son accomplissement, pas par nos mérites ou par l’admiration des autres, mais par l’accueil bienveillant de Dieu. Cette bonne nouvelle s’appelle l’Évangile. Nous avons la possibilité d’être pleinement acceptés de Dieu, en croyant en l’œuvre accomplie par Jésus crucifié et ressuscité. Dieu change nos cœurs au fur et à mesure de notre marche avec lui durant notre vie terrestre, lorsque nous le plaçons à la première place dans notre cœur6.

Jésus a expliqué que le Dieu de la Bible nous amène à vivre progressivement la seule et vraie satisfaction en Lui, notamment en servant les autres avant nous-mêmes, dans une relation authentique où l’autre est valorisé sans peur du regard qu’il peut porter sur nous. Grâce à cette vie nouvelle de Dieu en nous, nous choisissons de ne plus laisser de place pour la vanité humaine. Acceptés par Dieu, il ne nous est plus nécessaire de gagner notre place dans le regard des autres. On constate en parallèle la fin de notre complexe d’infériorité et le développement d’un sentiment de modestie.

Notre choix

Pour conclure, rien sur Terre ne peut remplacer les biens et la joie que Dieu seul peut donner. On peut vivre la vraie liberté en lui et partager Sa gloire avec ceux qui nous entourent. Le Dieu de la Bible, qui est aussi le Dieu de Jésus, peut et veut encore changer nos cœurs aujourd’hui grâce au message de l’Évangile. Il propose une nouvelle relation avec le seul être qui nous accepte et nous aime éternellement, parfaitement et inconditionnellement. Il nous le démontre grâce à l’œuvre de Jésus sur la croix. Cette proposition est adressée à toute personne qui le désire. Pour en savoir plus, je vous invite à le rencontrer ou le redécouvrir, en lisant le récit des évangiles dans le Nouveau Testament. Quel sera votre choix ?

Samuel THIBAULT, Juillet 2015


Bibliographie :

  • Tim Keller, Les idoles du coeur.
  • David Foster Wallace, C’est de l’eau.
  • Blaise Pascal, « Contrariétés » dans Pensées.
  • C.S. Lewis, The Weight of Glory.

Posted in Articles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *