Une représentation de la trinité, avec le Saint-Esprit symbolisé par une colombe.

Pourquoi les chrétiens croient-ils à la Trinité?

Une représentation schématique de la Trinité.

Une représentation schématique de la Trinité.

Depuis les premiers siècles de notre ère, les principaux courants chrétiens croient à la Trinité. Ce terme «Trinité» signifie qu’il y a un seul Dieu, mais que ce Dieu existe en trois personnes : le Père, le Fils et le Saint-Esprit. Le Père est Dieu, le Fils est Dieu, le Saint-Esprit est Dieu, mais ils sont ensemble un seul Dieu et non trois. Ce mot «Trinité» n’apparaît pas dans la Bible, mais c’est un terme commode pour désigner cette conception de Dieu.

La Trinité est régulièrement attaquée, d’une part par l’Islam qui pense qu’elle s’oppose au monothéisme1, d’autre part par toutes sortes de courants qui l’estiment soit irrationnelle, soit non-biblique. Dans cet article, je ne vais pas chercher à répondre à chaque objection contre la doctrine de la Trinité. Je vais plutôt donner une idée des raisons qui pour lesquelles les chrétiens y ont cru et y croient encore. Ces raisons sont principalement des raisons bibliques ; je pars du principe que la Bible est inspirée de Dieu, est fiable et révèle qui est Dieu2. Tous les lecteurs n’admettent pas cette base. Mais pour comprendre les raisons chrétiennes de la foi en la Trinité, je vous demanderai de «faire comme si» pendant un moment.

Le monothéisme

À l’arrière plan de la Trinité se trouve la conviction monothéiste. Il n’y a qu’un Dieu véritable. Le monde n’est pas partagé en sphères d’influence de plusieurs dieux en compétition. Toute l’humanité dépend de l’autorité du Dieu unique, créateur de la terre et des cieux3. Ce Dieu s’est fait connaître en particulier au peuple juif, dans ce qui est pour eux la Loi et les Prophètes, et pour les chrétiens l’Ancien Testament. La confession de foi fondamentale d’Israël est la suivante :

Écoute, peuple d’Israël : Le Seigneur notre Dieu est le seul Seigneur4.

De même, un des buts avoués de Dieu dans sa révélation est que l’humanité comprenne qu’il n’y a qu’un Dieu, que seul Dieu est Dieu. C’est par exemple le cas dans cette parole du prophète Ésaïe :

Afin que vous le reconnaissiez,

Que vous me croyiez

Et compreniez que c’est moi :

Avant moi il n’a pas été formé de Dieu,

Et après moi il n’y en aura pas.

C’est moi, moi qui suis l’Éternel,

Et hors de moi, il n’y a point de sauveur5.

Cette conviction monothéiste est fermement maintenue par les chrétiens, depuis leur origine.

Ambiguïtés dans l’Ancien Testament

Abraham et ses trois mystérieux visiteurs, qui représentent Dieu. Un indice de la Trinité?

Abraham et ses trois mystérieux visiteurs.

Pourtant, dès l’Ancien Testament, il y a quelques épisodes où Dieu, le Dieu unique, se manifeste d’une manière qui laisse entendre qu’il ne se limite pas à une personne indivisible. Il y a par exemple un épisode où Dieu apparaît à Abraham sous la forme de trois visiteurs6. Il y a également des situations où «l’Ange de l’Éternel» apparaît, mais où c’est ensuite Dieu lui-même qui parle7. Ces exemples ne suffisent pas à formuler la doctrine de la Trinité, mais laissent entrevoir que Dieu est peut-être plus qu’une seule personne.

Jésus, Dieu qui parle à Dieu

Ce qui va être vraiment déterminant pour la doctrine de la Trinité, c’est la venue de Jésus. Jésus s’attribue plusieurs des prérogatives de Dieu : il pardonne les péchés ; il se met à égalité avec, voire au-dessus de, la Loi de Dieu révélée à Moïse ; il se fait reconnaître comme Seigneur et Dieu par l’apôtre Thomas8. Jésus va aussi se présenter à maintes reprises en appelant ses disciples à croire que «moi, je suis9». Or, les mots grecs «moi je suis» (ἔγω εἰμι pour les puristes ; parfois rendu par «c’est moi») sont exactement les mêmes que «c’est moi » dans la citation d’Ésaïe plus haut (si on en consulte la traduction grecque). Cette formule servait à exprimer la divinité de Dieu, contre toutes prétentions des autres divinités prétendues, or Jésus se l’attribue. Il y aurait bien plus à dire sur la divinité de Jésus, mais ce sujet est traité dans un autre article. Retenons simplement que dans la personne de Jésus, les chrétiens ont reconnu Dieu parmi les hommes sur cette terre.

Il faut aussi noter que Jésus, tout en s’identifiant au Dieu de l’Ancien Testament, s’adresse aussi à lui en l’appelant Père ; par exemple :

À ce moment-là, Jésus prit la parole et dit : «Je te suis reconnaissant, Père, Seigneur du ciel et de la terre, de ce que tu as caché ces choses aux sages et aux intelligents et les as révélées aux enfants. Oui, Père, je te suis reconnaissant car c’est ce que tu as voulu. Mon Père m’a tout donné, et personne ne connaît le Fils, si ce n’est le Père ; personne non plus ne connaît le Père, si ce n’est le Fils et celui à qui le Fils veut le révéler10«.

Voilà un point de départ de la doctrine de la Trinité. Jésus est Dieu, mais il s’adresse au Père, qui est Dieu également. Pourtant, Jésus s’identifie au Dieu de l’Ancien Testament, qui est très clairement un Dieu unique et le seul Dieu qui soit. La seule solution pour garder ces éléments ensemble, c’est d’intégrer le Père et le Fils dans l’identité du Dieu unique. Un exemple dans ce sens se trouve dans une lettre de l’apôtre Paul : «Néanmoins, pour nous il n’y a qu’un seul Dieu, le Père, de qui viennent toutes choses et pour qui nous vivons, et un seul Seigneur, Jésus-Christ, par qui tout existe et par qui nous vivons11.». Paul reprend la confession de foi d’Israël «Le Seigneur notre Dieu est le seul Seigneur». Mais il l’amplifie en rattachant «Seigneur» à Jésus et «Dieu» au Père. Cela nous mène à une «binité», où Jésus et le Père sont ensemble le Dieu unique. Il nous faut encore parler de l’Esprit pour avoir la Trinité au complet.

L’Esprit de Dieu, une personne ?

Il est question de l’Esprit de Dieu (ou Esprit Saint, ou Saint-Esprit) dès les premières pages de l’Ancien Testament12. L’Esprit de Dieu agit dans le monde et au travers des êtres humains. La question cruciale qui se pose concernant l’Esprit n’est pas de savoir s’il existe ni s’il est divin, mais de savoir si c’est une personne à part entière. En ne se basant que sur l’Ancien Testament, on pourrait ne voir l’Esprit de Dieu que comme une puissance agissante émanant de Dieu. Pourquoi donc le voir comme une personne ? C’est le Nouveau Testament qui lui donne des caractéristiques personnelles :

  • L’apôtre Paul écrit «N’attristez pas le Saint-Esprit de Dieu13». Une puissance ne peut pas être attristée, une personne, oui.
  • Lorsque Jésus annonce la venue de l’Esprit dans l’évangile de Jean, il en parle comme d’un être que l’on peut connaitre (Jean 14.17), comme de quelqu’un qui enseigne (Jean 14.26), qui rend témoignage (15.26), qui peut venir et être envoyé (16.7), qui parle et qui conduit les croyants (16.13).
  • Le livre des Actes des apôtres présente l’Esprit comme parlant à des personnes (Actes 8.29), participant aux décisions de l’Église (15.28), comme donnant (ou non) la permission aux apôtres de voyager en tel et tel lieu (16.7), etc.

Ces différents éléments poussent à voir dans l’Esprit de Dieu une puissance dotée de personnalité. L’Esprit de Dieu appartient forcément à la sphère divine : c’est toujours Dieu qui agit par son Esprit. Une fois que l’on a admis que Jésus et le Père sont un seul Dieu ensemble, la chose la plus logique à faire concernant l’Esprit est de l’inclure dans la même dynamique. Cette association du Père, du Fils et du Saint-Esprit sur un pied d’égalité remonte d’ailleurs à Jésus même :

Jésus s’approcha et leur dit : «Tout pouvoir m’a été donné dans le ciel et sur la terre. Allez [donc], faites de toutes les nations des disciples, baptisez-les au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit et enseignez-leur à mettre en pratique tout ce que je vous ai prescrit. Et moi, je suis avec vous tous les jours, jusqu’à la fin du monde14.

La conception que l’on a appelé «Trinité» est donc la conséquence logique de ce que la Bible montre sur la divinité de Jésus et sur le fait que l’Esprit de Dieu est une personne à part entière. L’une des conséquences de la Trinité est que Dieu est un Dieu d’amour et de relation depuis toujours : l’amour est présent en Dieu, entre Père, Fils et Saint-Esprit, depuis toujours et pour toujours.

Jean-René Moret,

Janvier 2016

  1. Voir l’article Les chrétiens adorent-ils trois dieux.
  2. Voir nos articles sur la Bible
  3. En parlant de créateur, je veux dire que Dieu est à l’origine du monde et a conçu tout son fonctionnement. Je ne prends pas position ici sur la manière ou la durée de la création du monde.
  4. Deutéronome 6.4
  5. Esaïe, chapitre 43, versets 10 à 11.
  6. Genèse, chapitre 18.
  7. Ex 3.2-4 ; Juges 6.11-14 ; Zacharie 3.1-2. Voir pour plus de détails Sylvain Romerovski, « La Trinité dans l’Ancien Testament », Hokhma 104 (2013), 80–97.
  8. Évangile selon Jean, chapitre 20, versets 24 à 29
  9. Évangile selon Jean, 8.58, 18.3–9
  10. Matthieu, 11.25–27.
  11. 1 Corinthiens 8.6.
  12. Genèse 1.2
  13. Éphésiens 4.30
  14. Matthieu 28.18–20.
Posted in Articles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *