Comment un Dieu juste peut-il pardonner aux criminels ?

Pouvons-nous admettre que si nous avons un Créateur, il doit être, par principe, bien différent de ses créatures ? En tout cas, le Dieu dont nous parle la Bible ne voit décidément pas les choses comme nous. Comment Dieu voit-il tous les hommes ?

Du côté humain du microscope, pardonner à un criminel semble injuste. Mais entrons maintenant dans l’observatoire de Dieu, et en regardant l’humanité de son point de vue, faisons quelques observations :

  1. Devant Dieu, tous criminels !

Nous les humains, sommes rapides à accuser les autres, et lents à reconnaître nos propres torts. Mais comment Dieu voit-il nos fautes ? Jésus, qui est “sorti de l’observatoire” pour venir à notre rencontre, sur nos chemins d’humanité, a dit: « Vous avez entendu qu’il a été dit : “Tu ne commettras pas de meurtre” Eh bien, moi je vous dis : celui qui se met en colère contre son frère et lui dit : “Imbécile !” mérite d’être jugé par le conseil suprême et jeté dans le feu de l’enfer. » (Mt 5.21-22).

On le voit, pour Dieu, tous les hommes sont des criminels. En effet, qui ne s’est jamais mis en colère contre son frère ? Si donc Dieu veut être parfaitement juste de son point de vue, il doit, pour punir le mal, jeter tous les hommes en enfer ! Mais Dieu t’aime trop pour te jeter en enfer sans te laisser une chance de changer de vie.

  1. Un pardon gratuit et sans punition est injuste, mais avec punition de la faute et réparation du dommage, c’est différent.

Nous les humains, pensons que Dieu pardonne sans punir, mais selon la Bible, le pardon de Dieu n’est pas gratuit : il a même coûté cher ! Lorsque le tort causé par l’offenseur est important, personne ne pardonne « simplement ». Voici une illustration de cette réalité. Tu es père. Ton fils t’emprunte ta voiture sans demander ton autorisation. En reculant dans l’allée, il percute la grille, l’arrachant de ses gonds avec une partie du mur. Tu as deux options : exiger que ton fils paie les réparations ou payer pour lui. Problème : ton fils n’a pas les moyens de payer. Lorsque les humains ont fait le mal, ils ont abîmé, par la puissance du mal agissant en eux et dans le monde, la bonne création de Dieu, leur propre corps et leurs propres cœurs ! Pardonner à quelqu’un, c’est assumer soi-même le coût au lieu de le mettre à la charge du coupable. Pardonner signifie éponger la dette et réparer les dégâts. Et c’est ce que Dieu se propose de faire pour les humains et pour TOI.

  1. Un pardon accordé sans changement d’attitude chez l’offenseur, c’est injuste ; mais un pardon suivi d’une transformation du cœur de l’offenseur, c’est différent.

La Bible nous parle de l’humanité comme un véritable champ de bataille, un ring de boxe où tout le monde se tape dessus. Sur cette planète en pleine guerre civile, Dieu envoie son fils pour proclamer un cessez-le-feu général. Sur la Croix, Jésus s’est interposé entre nous et toute personne que nous avons blessée, mais aussi entre nous et Dieu lui-même. Les hommes, en effet, lèvent le poing vers Dieu. Et Jésus a pris sur lui tout l’impact de notre rébellion et de nos coups de poings.

Devant tant d’amour, comment ne pas changer d’attitude ? C’est ce que la Bible appelle la repentance : se détourner de notre faute, du mal en nous, pour se tourner vers Dieu et le laisser nous transformer.

Le Pardon que Dieu offre aux criminels est donc parfaitement juste, parce qu’il s’accompagne d’une punition de la faute, d’une réparation du mal, et d’une transformation du cœur et de la vie de l’offenseur. Veux-tu de ce pardon ? Veux-tu de cet amour ?

Aurélien Bloch, 2022

Share
Posted in Articles, Découvrir, Dieu, Être sauvés and tagged , , , , , , .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *