Si Dieu existe, en quoi ça me concerne ?

Lorsque j’étais professeur de mathématiques, une question revenait souvent de la part de mes élèves : « À quoi ça sert de savoir ça ? ». Au niveau où j’enseignais, il était assez facile de trouver une réponse à cette interrogation plus ou moins bien intentionnée. Mais à un niveau très élevé, il en est autrement. Certaines théories mathématiques ne trouvent pas encore d’applications pratiques. Qu’en est-il de l’existence de Dieu ? Est-ce seulement un sujet de débat et de plaisir intellectuel ? L’existence de Dieu a-t-elle des répercussions sur ma vie ? Sartre a écrit que « même si Dieu existait, cela ne changerait rien »1 à la définition de l’existentialisme. Mais est-ce que si Dieu existe, cela change mon existence ? La réponse à cette question dépend forcément de quel Dieu on parle. Dans cet article, je vais parler de Dieu tel que la Bible le présente. Regardons en quoi l’existence du Dieu de la Bible influe sur ma vie.

La vie a un sens

Sans l’existence de Dieu, la vie n’a pas de sens. C’est ce que nous apprennent Jean Claude Ameisen, médecin, professeur d’immunologie à l’université Paris-Diderot/Hôpital Bichat et chercheur, président du Comité consultatif national d’Ethique, ainsi que Jacques Monod, prix Nobel de physiologie en 1965 lorsqu’ils énoncent respectivement : « Depuis Darwin, nous nous savons les fruits du hasard. Apparus via un processus long et compliqué, et surtout sans la moindre feuille de route, dépourvus de toute mission spéciale. La nature ne nous a jamais rien dit de ce que nous sommes censés faire : c’est à chacun qu’il incombe de l’imaginer pour ce qui le concerne »2 et : « L’ancienne alliance est rompue ; l’homme sait enfin qu’il est seul dans l’immensité indifférente de l’Univers, d’où il a émergé par hasard. Non plus que son destin, son devoir n’est écrit nulle part. A lui de choisir entre le Royaume et les ténèbres »3. Si Dieu existe, ces sombres affirmations n’ont plus lieu d’être. Notre existence n’est pas due au hasard mais à un projet divin. De plus, notre vie a une orientation. Elle contribue à un but plus grand que nous-mêmes. Notre histoire s’inscrit dans la grande histoire écrite par Dieu. J’en conclus que ma vie a de la valeur et un sens. Elle n’est pas un simple accident biologique. Elle a une utilité supérieure au maintien de l’espèce humaine.

La nuit va se lever

Dans son essai philosophique intitulé « le mythe de Sisyphe », Albert Camus compare l’homme absurde à Sisyphe4 et le qualifie d’« aveugle qui désire voir et qui sait que la nuit n’a pas de fin »5. Si Dieu existe, il y a l’espoir qu’un jour, la nuit va se lever. En effet, Dieu étant par définition bon et tout puissant, il ne va pas laisser la nuit régner éternellement. Un jour, les aspirations au bonheur et à la raison seront satisfaites. Chômage, précarité, souffrance, déception seront de l’histoire ancienne. Un verset biblique affirme : « Il n’y aura plus ni deuil, ni cri, ni souffrance, car le monde ancien a disparu »6.

Nous sommes des créatures

L’auteur Yasmina Khadra a écrit : « Il n’y a qu’un seul Dieu sur terre et c’est toi »7. Mais si Dieu existe, je ne le suis pas. Cela signifie que je ne suis pas l’unique maître de ma vie. Celle-ci dépend de la volonté de Dieu. Je n’ai donc pas tous les droits sur ma vie, et encore moins sur celles des autres. Je n’ai que le statut de créature et non celui d’un être tout-puissant et tout-suffisant. Cela permet de ne pas prendre le poids du monde sur mes épaules, et de refuser les prétentions divines des autres hommes. De plus, s’il existe un Dieu créateur, il est en droit de demander des comptes à ses créatures dotées de conscience. Cela peut paraître angoissant. En effet, qui peut prétendre avoir toujours bien agi, pensé, et parlé ? Mais la Bible affirme que le pardon peut être accordé à ceux qui croient que Jésus-Christ a subi à leur place la condamnation que méritaient leurs fautes8. En outre, il est réconfortant de savoir que le mal commis dans ce monde sera pris en compte et jugé, qu’il n’est pas simplement tombé dans l’oubli.

En tant que créature, l’épanouissement se trouve lorsqu’on est en accord avec le Créateur. Accepter la vision du monde donnée par le Créateur, vivre en se conformant à ses principes, entrer dans une relation avec lui enrichit la vie des créatures.

Ainsi, si Dieu existe, je suis concerné. Bien que mon autorité en prenne pour son grade, ma vie trouve un sens, un espoir et un contenu riche. Ma vie est aussi appelée à changer. Il y a trop à gagner et à perdre si Dieu existe pour ne pas se pencher sérieusement sur la question.

Thomas Hodapp, Janvier 2016

  1. Jean-Paul Sartre, L’existentialisme est un humanisme.
  2. Le Nouvel observateur, 6 février 2014, n°2570, p. 84.
  3. Jacques Monod, Le hasard et la nécessité. Essai sur la philosophie naturelle de la biologie moderne, éditions du Seuil, 1970, pp. 224-225 (fin du chapitre « Le royaume et les ténèbres »).
  4. Sisyphe est ce personnage de la mythologie grecque qui était condamné à rouler éternellement une pierre en haut d’une montagne, sachant qu’elle allait continuellement retomber en bas.
  5. Albert Camus, Le mythe de Sisyphe, Ed Folio Essai, p. 168. Au sujet de Camus et de sa vision de l’absurde, voir notre article Camus, l’absurde, la révolte et Dieu.
  6. Apocalypse, chapitre 21, verset 4.
  7. Yasmina Khadra, Ce que le jour doit à la nuit, p. 304.
  8. Voir nos articles Comment pardonner l’impardonnable? Et Pourquoi Jésus est-il mort ? : mort pour nos fautes.
Share
Posted in Articles.

2 Comments

  1. Pingback: Comment devenir chrétien | Question Suivante

  2. Je te remercie pour cette article. Effectivement le fait de croire en Dieu est riche de sens. Comme tu l’as souligné cela donne un sens à notre vie. On ne vie pas à l’aveuglette en restant dans ce carcan de métro, boulot, dodo, amusement. Bien des fois ceux qui ne croivent pas en Dieu à un moment de leur vie, ce demande justement à quoi a servi la vie qu’ils ont mené. Est ce que cela se cantonne à naître, grandir, travailler, fonder une famille, vieillir et mourir ? Ils se sentent bien vide à se moment là. Tandis que ceux qui croivent en Dieu, savent que la vie ne se cantonne pas à ça. Il tienne compte de lui dans leur vie de tous les jours et savent que les souffrances actuelle disparaîtront ( comme tu l’as bien cité en Apocalypse 21:4.) Mais pour bénéficier des bénédictions qu’il a promit (la vie éternelle dans un cadre paradisiaque), il est important que l’on tienne compte de ce qu’il a dit en Jean 17:3 qui parle de l’importance d’apprendre à connaître Dieu et son fils Jésus pour bénéficier de cette merveilleuse bénédiction. Il est donc primordial que l’on lise la bible chaque jour et qu’on l’applique dans notre vie pour avoir son approbation. Et faire cela n’ai pas quelque chose de désagréable bien au contraire. Cela nous rapproche de lui et on voit ces bénédictions dans notre vie actuelle même si ce monde est rempli de souffrance. Dieu est un Dieu merveilleux qui mérite qu’on croit qu’il existe.C’est a chacun de décider si il croit ou non en l’existence de Dieu mais c’est ce privé d’une vie riche de sens que de ne pas croire en lui.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *