Jésus est-il vraiment mort crucifié ?

C’est une question fondamentale dans la foi chrétienne, car la mort de Jésus à la croix et sa résurrection le troisième jour constituent l’accomplissement du plan de salut de Dieu1. Ce plan consiste à sauver l’homme du péché. Jésus est présenté dans la Bible comme l’Agneau qui ôte le péché du monde2.

Pourtant, la majorité des musulmans conteste que Jésus soit réellement mort crucifié.

Que dit l’Islam sur la question ?

Le Coran n’est pas aussi clair qu’on le croirait sur la question. En premier lieu, examinons la Sourate 4.157-158 «  « Nous avons vraiment tué le Christ, Jésus, fils de Marie, le Messager d’Allah »… Or, ils ne l’ont ni tué ni crucifié ; mais ce n’était qu’un faux semblant ! Et ceux qui ont discuté sur son sujet sont vraiment dans l’incertitude : ils n’en ont aucune connaissance certaine, ils ne font que suivre des conjectures et ils ne l’ont certainement pas tué mais Allah l’a élevé vers Lui. Et Allah est Puissant et Sage ».

Le Coran cite ici une parole attribuée aux Juifs, selon laquelle ils ont tué Jésus. Mais ce propos est contesté dans ce texte. La crucifixion et la mort de Jésus n’auraient été qu’une apparence, un « faux semblant ». Mais comment aurait-on pu croire que Jésus était mort sur la croix, si cela n’avait pas été le cas ? Plusieurs interprétations traditionnelles de cette Sourate voient quelqu’un d’autre prendre la place de Jésus sur la croix. Par exemple, certains disent que c’est Judas qui a livré Jésus ; d’autres évoquent le nom de Simon de Cyrène, qui avait porté la croix de Jésus3 ; parmi les Soufis4, certains admettent que Jésus est réellement mort à la croix et ressuscité. Mais la question qui se pose est : « pourquoi ces zones d’ombre demeurent autour de la mort de Jésus ?  Pourquoi l’Islam n’affirme pas clairement que Jésus a bel et bien été crucifié par les Romains, sous la pression des chefs religieux juifs5? » En effet, selon les musulmans, l’Islam est apparu comme continuité de ce qui a été révélé dans les Écritures juives et chrétiennes, mais au final l’Islam refuse l’affirmation très claire et répétée de nombreuses fois dans la Bible que Jésus est mort sur la croix en accomplissant les prophéties données aux Juifs6.

Tout et son contraire

Une autre Sourate (3.55) laisse entendre le contraire de la première, puisqu’elle affirme que Jésus est réellement mort et ressuscité « Allah dit : ‹Ô Jésus, certes, Je vais mettre fin à ta vie terrestre et t’élever vers Moi, te débarrasser des mécréants et mettre jusqu’au Jour de la Résurrection, ceux qui te suivent au-dessus de ceux qui ne croient pas. Ensuite, c’est vers Moi que sera votre retour, et Je jugerai, entre vous, ce sur quoi vous vous opposiez ». Cette sourate parle bel et bien de la vie terrestre de Jésus avant le jour de la résurrection, ce qui laisse entendre que Jésus devait mourir et ensuite serait élevé au ciel auprès de Dieu. La Sourate évoque par ailleurs la « grande place » qu’ont ceux qui suivent Jésus, puisque ces derniers seront au-dessus de ceux qui ne croient pas.

Par ailleurs la négation de la mort de Jésus dans la Sourate 4.157 est en contradiction avec l’affirmation de sa mort par Jésus lui-même selon la Sourate 19.34 « Que la paix soit sur moi, le jour où je naquis, le jour où je mourrai, le jour où je ressusciterai. ». Dans le Coran lui-même, Jésus annonce sa mort et sa résurrection ; pourquoi donc nier ensuite qu’elles se soient produites ?

Revenir à l’évidence

Si Jésus-Christ n’avait pas été crucifié et si tant de monde ne l’avait vu ressuscité7, quel intérêt les apôtres auraient-ils eu à proclamer la crucifixion et la résurrection de Jésus ? À l’époque, la mort déshonorante de Jésus sur la Croix semblait être la preuve qu’il ne pouvait être ni le Messie ni un prophète. Quel intérêt pour les chrétiens d’inventer une crucifixion qui n’aurait pas eu lieu ? Et qu’est ce qui aurait poussé l’apôtre Paul à dire « Et si Christ n’est pas ressuscité, notre prédication est donc vaine, et votre foi aussi est vaine »8 1 Cor 15.14.

Pourquoi la réalité de la crucifixion est-elle donc si importante pour la foi chrétienne ?

La notion du sacrifice dans la Bible

Une chose est sûre, la notion du sacrifice et du sang est centrale dans la Bible, car « sans effusion de sang, il n’y a pas de pardon », (Hé 9.26).

Mais s’il y a une chose dont le Coran et la tradition musulmane ne parlent pas, c’est la notion de sacrifice mentionnée dans la loi de Moise, notamment les sacrifices d’expiation des péchés. Dieu a voulu mettre fin au péché et à ses conséquences sur l’homme, car « le salaire du péché c’est la mort » (Romains 6.23). Il voulait ainsi rétablir la relation entre l’homme et son Créateur9 ; il en a montré le moyen par les sacrifices d’animaux, qui portent le péché à la place de l’homme condamné selon Lévitique 17.11. Seulement, l’effet de ces sacrifices est limité dans le temps, puisqu’il faut les renouveler chaque année, contrairement au sacrifice de Jésus qui s’est donné lui-même10 en rançon sur la croix. Jésus est bien l’« Agneau de Dieu qui enlève le péché du monde11 ». Il est le vrai innocent qui meurt pour sauver des coupables. C’est cela qui manque si l’on nie la réalité de sa mort.

Lyès CHALAH

  1. Jésus-Christ a Lui-même plusieurs fois annoncé sa Passion, sa mort et sa Résurrection (Mt 12.40 ; 16.21 ; 17.12,21 ; 20.17-19 ; 22.37; Mc 8.31 ; Lc 9.22) en accomplissement de ce que prédisaient les Écritures dans l’Ancien Testament (Ex 17.3-6 ; Jb 31.35-37 ; Is 49.6-7 ; 50.6-7 ; 52.13 ; 53.12 ; Jr 11.18-20 ; 15.10-21 ; 18.18 ; 20.7-13 ; 26.11 ; Jon 2.1 ; Dn 9.26 ; Za 12.10 ; 13.1 ; Mt 12.38 ; Lc 24.25-27 ; Ac 2.25-36 ; 15.15-18).
  2. Evangile de Jean 1.29.
  3. Marc 15.21.
  4. Les soufis forment une branche de l’Islam, qui met l’accent sur la méditation et la communion mystique avec Dieu.
  5. Voir notre article Pourquoi Jésus a-t-il été mis à mort ?
  6. Concernant l’accusation selon laquelle les écrits juifs et chrétiens auraient été falsifiés, voir notre article : La Bible a-t-elle été falsifiée ?
  7. Plus de 500 personnes l’ont vu ; 1 Cor 15.3-7 ; Mt 27.51.
  8. Cette évidence est une réalité de nos jours en Afrique-du-Nord, région qui était majoritairement chrétienne durant les premiers siècles. En Tunisie, en Algérie et au Maroc, les femmes continuent à visiter la tombe du défunt le 3e jour après l’avoir enseveli, car selon la tradition, Jésus-Christ est mort et ressuscité le 3e jour. Ensuite la tombe est définitivement scellée le 40e jour, ce qui correspond au jour de l’ascension de Jésus au ciel.
  9. Colossiens 1.22.
  10. Jean 10.18.
  11. Jean 1.29.
Posted in Articles.

One Comment

  1. Vous mentionnez l’interprétation musulmane traditionnelle de la sourate 4 (« Ce n’était qu’un faux-semblant »): Jésus n’aurait pas été crucifié (et donc pas ressuscité), mais « seulement » élevé au ciel. Pour ce passage-là vous évoquez aussi d’autres interprétations possibles.
    Mais je m’étonne que vous ne fassiez pas de même pour les deux autres extraits du Coran, où vous parlez uniquement de l’interprétation qui va dans le sens de nous chrétiens. Pourtant (à moi qui ai une fois lu le Coran en entier!), il me semble qu’il y a pour ces passages une autre interprétation tout aussi plausible: « mettre fin à ta vie terrestre » pourrait être lu comme synonyme de « t’élever vers Moi », à savoir faire commencer la vie céleste de Jésus (sans qu’il y ait nécessairement mort physique). Quant à la Résurrection, il s’agit selon moi de la résurrection de TOUS les morts pour le jugement dernier, ce sur quoi le Coran insiste énormément par ailleurs.
    J’admets cependant que la sourate 19 (« le jour où je mourrai ») reste problématique si on adopte cette interprétation. Mais notez bien que le Jésus du Coran parle de mort, pas de crucifixion!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *