Faut-il débrancher Vincent Lambert ?

L’affaire Lambert est LE sujet éthique du moment, même si ça fait un moment que les rebondissements s’enchaînent ! Et comme d’habitude avec les questions éthiques, il y a d’un côté ceux qui se considèrent plutôt conservateurs et qui déclarent défendre la vie et les faibles : le malade menacé d’euthanasie, le fétus menacé d’avortement, les enfants menacés de divorce etc. Et de l’autre ceux qu’on pourrait qualifier de progressistes et qui considèrent que le curseur « vie /qualité de vie » a évolué, qu’il faut s’adapter aux changements et que donc certains états de vie – embryonnaire ou végétatif – ne doivent plus être considérés comme intrinsèquement sacrés, et que la fin de vie doit pouvoir être unilatéralement décidée lorsqu’il y a obstacle à l’épanouissement individuel des autres. Bien sûr, il y a souvent une dimension spirituelle qui intervient dans ce débat puisque la position conservatrice doit beaucoup à un arrière-plan religieux. D’ailleurs, dans le cas Lambert, les médias et l’opinion publique se sont longuement attardés à commenter “l’intégrisme” des parents de ce pauvre Vincent.

La foi chrétienne enseigne en effet aux chrétiens à regarder toute personne humaine comme ayant de la valeur aux yeux du Créateur et à considérer toute vie humaine comme sacrée : enlever une vie injustement (ctd. en dehors des cadres définis de la justice légale et de la défense armée) est un meurtre aux yeux de Dieu, passible de sa sainte colère et de son jugement. Mais est-ce suffisant comme argument ?

Quand la vie n’est plus la Vie

Un argument contraire qui a une certaine force, pourrait être de faire remarquer que dans son état végétatif, la vie de Vincent Lambert n’est plus une vie. Quelque part son esprit étant comme enfermé dans son corps, n’ayant aucun horizon d’amélioration, n’est-ce pas comme si Vincent Lambert était quelque part comme déjà mort ?

Mais là aussi le Dieu de la Bible a quelque chose à dire. Car aux yeux de Dieu la vie, la vraie, est bien plus qu’un cœur qui bat et un cerveau qui fonctionne plus ou moins correctement pour faire bouger le reste du corps. Dieu a enseigné par ses prophètes que l’humanité était spirituellement morte lorsqu’elle s’est collectivement coupée de Lui en décidant de redéfinir pour elle-même ce qui est le Bien et le Mal. L’humanité a choisi – suivant le choix de Satan et des démons – d’être son propre dieu, de tenir le Vrai Dieu pour méprisable, et de propager ainsi l’injustice et le mal dans la création.

A contrario, la vraie vie consiste à être spirituellement vivant, à être branché au Vrai Dieu comme un sarment de vigne l’est au cep de vigne. C’est ce miracle qui se produit quand Dieu envoie son Esprit Saint habiter le cœur d’une personne, et que soudain les écailles tombent de ses yeux, qu’on se met à voir la gravité de son péché et la sainteté et la grandeur du Dieu de l’univers, et soudain la Bonne Nouvelle de l’Évangile fait sens :  en Jésus, Dieu est venu chercher et ramener à la maison, ceux qui étaient perdus.

En grandissant dans la vie spirituelle, on se rend peu à peu compte que se qu’on appelait la vie n’était qu’un pâle reflet de ce qu’elle est vraiment. Car la vie consiste à connaître Jésus personnellement, à vivre en relation avec Lui et à trouver en Lui sa joie et sa paix. Jésus est tellement la vraie source éternelle de bonheur, que vivre sans cette connexion au Vrai Dieu ce n’est pas vraiment la vie dans sa plénitude: ce n’est qu’un piètre état de survie en attendant une mort certaine.

Votre état est peut-être pire que celui de Vincent Lambert

Aux yeux de Dieu, ceux qui n’ont pas été rendu vivant par le don de l’Esprit et le pardon des péchés obtenu par la foi en Jésus, sont au niveau spirituel un peu comme Vincent Lambert l’est au niveau physique : ils sont dans un état végétatif, pas tout à fait morts mais très loin de leur potentiel et de ce qu’on pourrait appeler une vie normale. La bonne nouvelle c’est que si vous êtes dans ce cas, ce n’est pas encore irréversible. Il n’est peut-être pas trop tard pour vous de goûter à une vie avec Jésus et de quitter le monde des « morts spirituels » pour aller vers celui des vivants éternels. Mais peut-être estimez-vous que je suis excessif, et que votre vie malgré tout ses déboires n’est pas si mauvaise que ça et qu’elle a le mérite d’être vécue ! Et c’est sans doute ce que pense Vincent Lambert lui-même et ses parents. Aussi misérable soit votre existence, vous et vos proches, vous tenez à votre vie et vous avez raison.

Car finalement, la question que tout le monde se pose à propos de Vincent, Dieu pourrait se la poser avec tous ceux qui refusent de le connaitre : « doivent-ils  vivoter plus longtemps quitte à se faire du mal, ou dois-je arrêter de les maintenir artificiellement en vie ? ». Dieu le fait, il maintient votre vie physique, même si vous êtes spirituellement mort, car chaque souffle, chaque bouffée d’air, chaque atome de votre corps, vous le devez à Dieu.

Le Seigneur Jésus a dit un jour :

“Je suis le cep, vous êtes les sarments. Celui qui demeure en moi et en qui je demeure porte beaucoup de fruit, car sans moi vous ne pouvez rien faire.  Si quelqu’un ne demeure pas en moi, il est jeté dehors, comme le sarment, et il sèche; puis on ramasse les sarments, on les jette au feu, et ils brûlent.” (Jean 15.5-6)

La vie de Vincent Lambert est sacrée, comme l’est la votre. A lui comme à vous, Dieu laisse du temps, il tient le peu de vie qu’il maintient chez vous comme précieux, même si un jour, par la force des choses, elle s’arrêtera et que vous devrez paraître devant Lui. Alors la question se posera d’elle même : avez vous vécu votre vie en étant déjà vivant – parce que branché sur Le Vivant – ou votre vie ici-bas n’a-t-elle été qu’un long sursis végétatif, une agonie sans guérison ?

 

 

Yohann Tourne, mai 2019

Share
Posted in Articles and tagged , , , , .

One Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *