Si Dieu est amour, pourquoi ne sauve-t-il pas tout le monde ?

L’amour doit-il être aveugle ?

Cette question sous-entend l’idée que quand on aime, on ne juge pas. Et si l’amour n’était pas aveugle ? Si Dieu regardait le monde d’en haut et était infiniment sensible à chaque acte de violence contre une de ces créatures, à chaque mot injuste, chaque abus de pouvoir ? S’il aime ce monde, il doit être en colère à la vue de tant d’abus et d’injustice. À ce moment-là, on doit se demander si un Dieu qui est véritablement amour peut même accepter une seule personne sans compromettre son amour pour les autres. Car en acceptant une personne (qui a sans doute blessé d’autres), il ferait un tort aux autres. Alors comment exercer un amour parfait et une justice parfaite face à l’injustice qui nous entoure ici-bas, cette injustice qui est présente même au sein de chacun de nous ?

D’abord, la mauvaise nouvelle – personne n’est acceptable pour Dieu.

Le Dieu qui se révèle dans la Bible est parfaitement pur et juste ; ça veut dire qu’il ne peut pas tolérer le mal. Pas même une quantité infime d’injustice…Mais à ce moment là, ce n’est pas uniquement Hitler et Pol Pot qui doivent s’inquiéter, c’est chacun de nous. Dieu est parfaitement juste !

Nous sommes loin d’être à la hauteur, surtout quand nous constatons que notre attitude par rapport à Dieu est l’élément clé de cette mise en examen. Il nous a créés et tout donné, mais nous ne pensons à lui que très peu et nous ne lui parlons qu’en cas de problème. Les enfants qui traitent ainsi leurs parents sont appelés des ingrats et nous sommes choqués par leur comportement. Alors, Dieu dans sa justice va nous donner ce qu’on lui demande – l’indépendance, la séparation d’avec lui. Mais être séparé de lui, la source de vie, d’amour, de tout ce qui est bon dans ce monde… la Bible appelle cela l’enfer1.

Nous avons souvent ce cri du coeur « pourquoi tant de mal, de souffrance ? S’il y a un Dieu il devrait apporter la justice ! ». Selon la Bible, il va apporter la justice parfaite. Mais pour des enfants ingrats comme nous, la mauvaise nouvelle est que personne n’est acceptable devant Dieu.

Mais il y a aussi une bonne nouvelle – toute personne peut être acceptée par Dieu.

Mais ce n’est pas la fin de l’histoire bien sûr. Mais si, vous savez … il y a le pardon, n’est-ce pas ?

Oui, mais il ne faut pas se précipiter vers le pardon sans comprendre le dilemme divin. Dieu ne peut pas simplement mettre sa face « justice » de côté, oublier toute notre indifférence par rapport à lui, et nous accueillir tous au paradis. Non, ce n’est pas du tout facile pour Dieu de résoudre ce dilemme. Plein d’amour, il doit aussi être cohérent par rapport à son désir de justice. Il doit garantir la justice et donc punir le mal.

 Comment réconcilier son amour et sa justice ?

Il faut saisir le sens de la mort de Jésus. C’était là, cloué à la croix, que Dieu à résolu son dilemme. Jésus est le seul homme qui ne méritait aucun reproche de la part de Dieu. Il a parfaitement aimé Dieu et aimé les autres. Mais à la croix il y a eu une sorte d’échange : c’est Jésus qui à enduré la colère de Dieu contre le mal. Et il l’a enduré à notre place. Il fallait que Dieu punisse notre injustice, et il l’a fait—à la croix ! Ainsi il a résolu son dilemme – il ne compromet pas sa justice, et il peut nous accepter dans son grand amour.
 Dieu réagit à chaque injustice faite par et à chacune de ses créatures. C’est « normal », s’il n’est pas indifférent. Il ne peut pas pardonner tout le monde sans compromettre sa justice. Il faut punir le mal. Et il va le faire. Mais dans son amour il a envoyé son Fils subir notre châtiment. Par conséquent, pour quiconque accepte cet échange, Dieu peut à la fois rester fidèle à sa justice et accepter cette personne, toute rebelle qu’elle soit. N’importe qui peut être libéré du jugement que mérite son injustice personnelle. La porte est ouverte à tous, quelles que soient nos fautes.

Laura Nelson

Share
Posted in Articles and tagged , .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *